• : Au Coeur de Soi
  • Au Coeur de Soi
  • : Je souhaite que ce blog soit un espace de partage et de ressourcement pour vous qui êtes en pleine évolution spirituelle, d’accompagnement pour vous qui sentez des changements se produire en vous actuellement sans savoir quel sens leur donner. C'est aussi le lieu où j’ai pris mon envol et pu exprimer Qui Je Suis, une fois devenue canal de Grands Guides de Lumière. Car je suis une messagère de Lumière. Là réside toute ma joie et toute ma passion pour cette vie qu’il m'a été donné de vivre.
  • Contact

Rechercher

Qui regarde à l'extérieur rêve; qui regarde à l'intérieur s'éveille.

Carl Gustav Jung

La vie est une habitude, alors j’ai instauré l’habitude d’une belle vie.

Joe Vitale, auteur de "Zero Limit"

Le vieux sage dit à l'empereur :

"Ta pensée est limitée, pourtant tout ce que tu es capable d'imaginer peut exister. Il n'y a rien qui soit impossible."

FUN CHANG

Qu'est-ce que l'idéal ?

C'est l'épanouissement de l'âme humaine.

Qu'est-ce que l'âme humaine ?

C'est la plus haute fleur de la nature. 

Jean Jaurès

Nous sommes ici seulement pour apporter de la paix à notre propre vie, et si nous apportons de la paix à notre propre vie, tout, autour de nous, trouve son propre lieu, son propre rythme et et sa propre paix.

Morrnah SIMEONA

">

Gratitude

Merci de votre participation - libre - quand je réponds à l'une de vos questions.

Merci de me soutenir dans mon action, si le coeur vous en dit.

Gratitude

Michèle

27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 23:14

John-Curtin.jpgToutes mes petites cellules sont en ébullition !! Grâce à une amie, je viens de lire la retranscription d’une conférence donnée par John Curtin, un thérapeute maître praticien de Reiki Espagnol (son site, à titre indicatif car il est tout en espagnol comme le Monsieur : www.sanacionysalud.com), sur Ho’oponopono. Cette conférence eu lieu au retour d’un séminaire organisé par le Dr. Ihaleakalá Hew Len auquel il a participé à Cork en Irlande. Son parcours lui permet d'avoir une compréhension très fine des propos du Dr. Len et de ce qu'est véritablement Ho'oponopono. Il nous transmet cette compréhension avec les mots justes dans un langage clair.

C'est un peu long mais tellement éclairant que ça se lit d'une traite.

Merci Catherine !!

Bonne lecture et joyeuse journée,

  Michèle
  Que la Lumière soit
  Au Coeur de Soi

 

Bonne soirée et merci d’assister à la conférence on-line sur Ho’oponopono.

J’ai commencé à utiliser la technique Ho’oponopono telle qu’elle est décrite sur la page web. Premièrement, je l’ai utilisée en rapport avec un problème familial personnel. Pendant deux à trois mois, j’ai appliqué la technique à ce problème familial et j’ai été surpris de voir se résoudre ce problème personnel que je traînais depuis cinq ans. En utilisant Ho’oponopono pendant deux à trois mois, quelque chose qui stagnait là depuis 5 ans, qui ne bougeait pas, s’est résolu.

A la suite de ça, j’ai commencé à l’utiliser avec mes patients en consultation – je fais de la thérapie Reiki – et mes patients commencèrent à aller mieux, peut-être en deux fois moins de temps que d’habitude. Par exemple, si au départ un patient avait besoin de trois ou quatre mois de thérapie, eh bien avec la technique Ho’oponopono, un mois et demi à deux mois seulement suffisent. Et je suis convaincu, en regard de l’année qui vient de s’écouler, que c’est une technique qui fonctionne, que tu l’acceptes ou pas, que tu la comprennes ou pas, c’est pareil: ça fonctionne.

Et c’est la raison pour laquelle je fais cette conférence, pour vous inviter à utiliser cette technique. Tout à l’heure je vous expliquerai comment on procède, parce que de mon point de vue, les résultats sont impressionnants.

Ho’oponopono est d’origine hawaïenne. C’est une technique employée depuis des millénaires par les Kahunas hawaïens – les prêtres ou les chamans hawaïens – pour résoudre les conflits dans les villages. Par exemple: ton voisin te volait ton cochon et ton beau-frère se mettait en colère, ce qui impliquait que ton beau-père se rangeait de ton côté, et tout le village finissait par se disputer pour le cochon. C’est là qu’entraient en jeu les Kahunas, ils faisaient asseoir tout le monde ensemble et utilisaient Ho’oponopono pour résoudre les conflits familiaux. Ça, c’est l’origine, et ça fait des milliers d’années qu’ils le pratiquent. Le Dr. Len a repris le concept et l’a adapté à notre époque actuelle à travers un processus de méditation et d’investigation [En fait, c’est Morrnah Nalamaku Simeona , une des dernière grandes kahuna de Hawa’ï qui a adapté ho’oponopono au monde d’aujourd’hui en créant Ho’oponopono Identité de Soi. Elle a commencé à le diffuser et le Dr Hew Len - après avoir été son élève pendant plus de dix ans, jusqu’à son décès -  a poursuivi son œuvre par le biais des conférences et séminaires qu’il fait à travers le monde]. Il l’appelle le Ho’oponopono actualisé, et c’est de celui-là dont je vais vous parler dans cette conférence on-line.

Premièrement, il y a quelques concepts qu’il nous faut comprendre. Le premier concept qu’il nous faut comprendre c’est que nous créons notre réalité: tout ce qui t’entoure en ce moment précis, c’est toi qui l’a crée, si tu ne le crées pas, ça n’existe pas. La chaise sur laquelle tu es assis c’est toi qui l’a créée, tu l’as manifestée parce que tu avais besoin d’un endroit pour “loger” ton postérieur pendant la conférence on-line, donc, tu as créé ou manifesté la chaise sur laquelle tu es assis. Les murs de cette salle sont aussi ta création; tout ce qui t’entoure est ta création et n’existe pas si tu ne le fais pas venir à ta réalité. Mais il y a une exception à cela, et ce sont les autres êtres conscients qui sont dans ta réalité, parce qu’un être conscient, un être humain, a le libre arbitre. Tu ne peux pas créer un être humain, mais tu peux l’inviter à entrer dans ta réalité. Ainsi, dans votre cas, vous avez besoin de quelqu’un qui vous explique le Ho’oponopono, donc vous m’avez dit – dans une autre dimension bien sûr – : “John, s’il te plaît ça te dérange de venir t’asseoir en face de nous et de nous expliquer ce qu’est Ho’oponopono?” En ce qui me concerne, comme j’avais envie de faire connaître la technique, j’avais besoin de beaucoup de monde intéressé par Ho’oponopono en face de moi, et donc je vous ai invité à vous asseoir là et à écouter ce que j’ai à vous dire, et vous, vous m’avez dit: “Oui d’accord ! On viendra s’asseoir”. Et voilà nous y sommes…Bonsoir !

Ainsi, nous nous sommes mutuellement invités à partager ce moment, à partager notre réalité. Et alors qu’est-ce qui se passe? Ça va plus loin, parce que non seulement tu demandes à des personnes de partager ta réalité, mais tu leur demandes aussi de se comporter selon tes propres expectatives, c’est à dire que tu m’as invité ici pour parler de Ho’oponopono, et tu m’as dit: “John, s’il te plaît, comporte-toi comme quelqu’un qui connaît Ho’oponopono et qui va me l’expliquer”. D’accord ? Tu ne m’as pas dit : “Ecoute John, s’il te plaît, assied-toi-là et commence à raconter des blagues”, parce que tu n’es pas venu pour ça (du moins je l’espère). Mes blagues sont très mauvaises alors j’espère que non !

Donc, moi j’ai dit: “OK ! Je me comporte de la manière que tu attends”. D’accord ? Et c’est la même chose avec vous. J’ai besoin de gens intéressés, attentifs, qui s’assoient là pour écouter ce que j’ai à dire, et vous, vous avez dit: “Bon, d’accord, nous allons nous asseoir là et nous allons au moins faire semblant de t’écouter pour que tu puisses nous sortir ton discours sur Ho’oponopono”.

Donc vous êtes en train de vous comporter de la manière dont je vous ai demandé de vous comporter, et moi je me comporte de la manière dont vous m’avez demandé de me comporter. Jusque-là ça va ?

Mais notre comportement englobe absolument tout. Non seulement la façon dont tu te comportes à un moment donné, mais aussi ta façon d’être devant une autre personne. Alors, dans le cas, par exemple, de la relation thérapeute-patient : une personne avec un cancer s’assoie en face de moi pour que je l’aide dans son processus de guérison, eh bien moi, en tant que thérapeute, j’ai dit à cette personne – dans une autre dimension — “Je suis thérapeute, et comme j’ai besoin de gagner ma vie et que j’ai le désir de sauver le monde, ça t’ennuierait de t’asseoir en face de moi et d’avoir un cancer, pour que je puisse t’aider à guérir ?” Et ce patient a dit: “C’est bon ! Je le fais”. Et voilà.

En tant que thérapeute, j’ai crée la maladie de mon patient, parce que si ce patient n’avait pas de cancer, je ne pourrais pas être thérapeute. C’est aussi simple que ça.

Avec Ho’oponopono tu te libères des pensées qui ont crée la maladie chez l’autre personne. Lorsque tu te libères des pensées qui ont crée la maladie chez l’autre personne, cette dernière guérit.

Oui, je le répète. Quelqu’un m’a demandé de le répéter, je ne sais pas pourquoi, vu que c’est vraiment facile à comprendre, mais bon ! (Rires)

En tant que thérapeute, de quoi ai-je besoin pour gagner ma vie ? De patients malades ! Alors comme je demande aux gens d’entrer dans ma réalité et de se comporter de la manière dont je veux qu’ils se comportent – je veux qu’ils se comportent comme des malades, parce que s’ils ne se comportent pas comme des malades, comment puis-je les faire payer ? Je ne vais pas faire payer quelqu’un de sain, j’ai besoin d’une personne devant moi qui soit malade, par conséquent je demande à une personne de tomber malade pour pouvoir la guérir ou, dans le cas du Reiki, pour l’aider dans son processus de guérison — Et la personne acquiesce. C’est la raison pour laquelle la personne qui se trouve assise en face de toi l’est par le fruit de ton désir de manifester ta réalité, et toutes les personnes de ton entourage se comportent de la manière dont tu leur demandes de se comporter.

Donc, si ton chef te crie dessus, il te crie dessus parce que tu as un concept de chefs qui crient. En toi il y a une croyance qui dit que: “les chefs crient”, par conséquent, c’est toi qui demandes à ton chef de se comporter comme une personne qui crie pour cadrer avec ta réalité. Parce que ton concept de la réalité n’est pas celui d’un chef qui fait la bise et donne des accolades sur son passage, ton concept de la réalité est celui d’un mec de “mauvais poil” parce que les chefs sont comme ça. Par conséquent tu demandes à ton chef de se comporter selon ton concept des chefs. Et lui accède à ta demande. Alors, à partir du moment où tu cesses de considérer que les chefs sont de mauvaise humeur et passent leur temps à râler, ton chef cesse de le faire, il n’a plus besoin de se comporter comme toi tu crois qu’il doit se comporter, et à partir du moment où tu cesses de voir ton patient malade comme une personne malade, cette personne cesse d’être malade, parce qu’elle n’a plus besoin de se comporter selon ton concept de comment elle doit se comporter, et c’est comme ça que fonctionne Ho’oponopono, c’est très simple. N’est-ce pas ?

En fait, Ho’oponopono fonctionne de cette manière, et alors, comment faut-il procéder ? Il s’agit d’une démarche en trois étapes que nous allons voir plus en détails, maintenant que je l’ai comprise après avoir assisté au séminaire de Cork en Irlande.

En fait, ce que tu fais, c’est :

Premièrement, tu te connectes à la Source, la Divinité, Dieu, Bouddha, Allah, tu lui donnes le nom qui te convient selon tes croyances. Tu te connectes à la Source et tu lui demandes de t’aider à libérer les pensées erronées que tu as au sujet d’une personne qui se trouve devant toi, par exemple. La Source accède à ta demande et c’est ainsi que se produit la guérison.

Mais il est important de nuancer qu’il s’agit là de ta propre guérison, tu es la personne qui guérit, tu es la personne qui se libère des pensées erronées.

Question du chat : “ Alors tout dépend de nos croyances conscientes et inconscientes ? ”

Réponse de JC : Bien sûr, parce que ce sont les seules choses qui existent. Les seules choses qui existent dans notre vie ce sont nos croyances. Si tu regardes le film “ Que savons-nous de la réalité ? ” –  qui est un film documentaire que je recommande – il est dit que sans tes croyances et sans tes pensées, tu serais en ce moment même en train de flotter dans un univers de vide, entouré d’une série de probabilités infinies. Au moment où tu cesses de penser ou de croire, la réalité telle que tu la connais cesse simplement d’exister. La chaise sur laquelle tu es assis existe parce que tu crois qu’elle existe. Les murs qui t’entourent existent parce que tu crois qu’ils existent, et la personne cancéreuse assise en face de toi quand tu fais du Reiki a un cancer parce que tu crois que cette personne a un cancer. Donc, tout dépend effectivement – comme le pose la question – de nos croyances conscientes et inconscientes.

Que sont les croyances? C’est important de le préciser. Les croyances sont des pensées répétitives. Si tu penses la même chose encore et encore, cette pensée se concrétise ou se solidifie en une croyance. D’accord ?

Autre question : “Mais si moi j’influe sur l’autre personne, qu’en est-il de son libre arbitre ? ”

Réponse de JC : La personne a son libre arbitre pour entrer ou non dans ta réalité. Mais si la personne entre dans ta réalité, cette personne est également d’accord de se comporter comme toi tu veux qu’elle se comporte. Par exemple, quelqu’un peut me dire: “Ecoute John s’il te plaît, entre dans ma réalité avec un cancer en phase terminale”. Moi je peux lui répondre : “Non, je ne veux pas”, par conséquent je ne rentre pas dans sa réalité et je n’ai pas non plus de cancer en phase terminale. Mais cette personne me dit: “John, pour entrer dans ma réalité, il faut que tu aies un cancer en phase terminale sinon tu n’entres pas”. Et là, eh bien si je veux entrer dans sa réalité, je lui dis d’accord.

Maintenant, on va parler un peu de mon expérience dans l’atelier de Cork, parce que, quand j’y suis allé il y a deux semaines, j’avais plein de doutes. En effet, bien que ça fonctionne – malgré le fait que ça fonctionne – j’ai toujours ce besoin impérieux de comprendre ce qui se passe.

Dans cet atelier de Cork, il y avait le Docteur Len, celui qui a actualisé le Ho’oponopono, ce fameux psychologue qui a vidé un étage entier de ses malades mentaux. J’y suis allé avec de nombreuses questions en tête, m’attendant à rencontrer un homme brillant, inspiré et illuminé qui puisse répondre à toutes mes interrogations. Et il se trouve que c’est un petit bonhomme, rondouillard, hawaïen, avec une casquette de baseball qu’il ne quitte pas, et la première chose qu’il fait c’est de déclarer devant toute la salle: “Moi je ne sais rien, et je n’ai aucune idée de ce qui se passe”. Immédiatement je me mets à penser: “Punaise ! 266 euros ! Je suis venu ici pour un type qui ne sait rien…bien, bien,…” (Rires)

Un commentaire dans la salle dit: ”Maintenant tu nous comprends, nous les thérapeutes qui sommes en train d’assister au cours !”. Eh bien oui, c’est vrai.

Au début, je pensais qu’il faisait le malin en disant ça, ou bien, que de cette manière il évitait d’avoir à donner des réponses mais, au fur et à mesure du déroulement du séminaire, je me suis rendu compte, j’ai compris exactement ce qu’il était en train de dire.

En fait, il était en train de dire une chose impressionnante, et c’est que le processus de guérison ne peut pas se faire par le biais d’un acte conscient ou par le biais d’un acte mental. Je le répète parce que c’est vraiment très important : le processus de guérison ne peut pas se faire à travers un acte conscient ou un acte mental, et c’est pour ça qu’il disait “Je ne comprends pas ce qui se passe, je n’ai aucune idée de ce qui se passe”.

Acte suivant, il fit un autre commentaire, très curieux: “Je ne suis pas ici pour enseigner, je suis ici pour guérir”. Effectivement il nous expliqua que plusieurs semaines avant le début de l’atelier, il avait pris la liste des participants inscrits pour l’atelier et avait commencé à faire Ho’oponopono avec chacun des noms, pour guérir en lui ce qui était en rapport avec nous.

Et ensuite il a dit: “J’ai un cabinet de consultation à Hawaï, je gagne 500 dollars de l’heure, je n’ai donc aucun besoin de faire des ateliers. Je fais des ateliers uniquement pour me guérir. Et vous, vous êtes les personnes que j’ai invitées dans ma réalité pour pouvoir guérir ce qui est en moi”. C’est un concept plutôt intéressant.

Qu’est-on en train de dire ? Que tu peux employer toutes les personnes qui entrent dans ta réalité pour mener à bien ta guérison, et c’est ça qui est vraiment impactant dans Ho’oponopono. Absolument chaque personne figurant dans ta réalité est une opportunité pour te guérir, et pire est la personne, mieux c’est, parce que cela signifie que tu pourras nettoyer beaucoup plus “de déchets” qui t’appartiennent. Moins tu t’entends avec la personne, mieux c’est, parce que tu pourras nettoyer davantage “de déchets”.

Donc, que fais-tu ? Tu convertis chaque personne qui entre dans ta réalité en une source de ta propre guérison et c’est ça qui est vraiment très puissant dans Ho’oponopono. Bien ?

Question : “Si le patient visite plusieurs médecins, tous sont responsables de sa maladie ??”

Réponse de JC : Bien sûr, parce que tous ces médecins et tous ces thérapeutes, de quoi ont-ils besoin pour gagner leur vie ? Eh bien, d’un malade avec cette réalité, alors c’est une réalité partagée entre tous. Ici, au lieu d’un thérapeute qui dit: “S’il te plaît, aie un cancer pour que je puisse gagner ma vie”, tu as 3 thérapeutes qui disent :“ Ecoute, aie un cancer pour que je puisse gagner ma vie ”. Et de fait, c’est une question très importante que j’aborderai un peu plus loin quand on parlera de ce qui s’appelle la responsabilité totale (100 % de responsabilité).

Question : “Et si le cancer disparaît de ma réalité, il disparaît aussi de sa réalité ??”

Réponse de JC : Bien sûr que oui, parce que c’est ta réalité qui crée son cancer. Il a juste ce cancer pour te faire plaisir, parce que tu avais besoin de quelqu’un avec un cancer.

Diagramme de l’être humain :

  diagramme-1.png 

 La Source, qui est la partie supérieure, est au-dessus de nous, et nous, nous sommes connectés directement à cette Source. La partie de nous qui est connectée à la Source s’appelle la Supraconscience. La Supraconscience est – selon notre culture et selon nos croyances – eh bien, tu pourrais l’appeler ton Moi intérieur, tu pourrais l’appeler ton Ame, tu pourrais l’appeler ton Etre Spirituel. Il y a de multiples noms mais En fait nous sommes en train de parler de cette partie de toi qui est la plus proche de la Source. Cette partie de toi qui est la plus proche de la Source n’agit pas, ne crée pas, ne réagit pas, Elle EST simplement. Le Dr. Len l’appelle “état zéro”. L’état zéro c’est quand tu n’agis pas, quand tu ne réagis pas, quand tu n’as pas d’émotions, quand tu ES simplement. En Zen on l’appelle un état d’Illumination.  

Notre mental intellectuel, qui est la seconde partie en nous - en dessous sur le schéma - nous permet de sentir et voir au quotidien. C’est à dire que : tu penses avec ton mental intellectuel, tu agis avec ton mental intellectuel, tu réagis avec ton mental intellectuel, on va dire que c’est celui qui conduit le volant de la voiture.  

Et encore en-dessous, c’est le subconscient. Le subconscient, c’est là où nous gardons tous les modèles de pensées répétitives accumulées tout au long de millénaires et de millénaires d’évolution. Il existe aussi d’autres termes pour le désigner. Dans l’atelier “Tout est Amour” par exemple, on appelle cela des schémas hérités; en psychologie on peut appeler ça des modèles de comportement, etc., mais en fait, ce sont des pensées qui se sont cristallisées en croyances.

Ce concept est important parce qu’il faut comprendre que réellement tout ce que nous faisons est conditionné par ce mental subconscient, par ces schémas hérités, par ces schémas de comportement, par ces pensées répétitives que nous avons convertis en croyances.  

Si tu enlèves le subconscient, le mental intellectuel ne sait plus quoi faire, c’est aussi simple que ça. Ton mental intellectuel n’a plus rien sur quoi se baser. De fait, pendant l’atelier, on nous a présenté le cas d’un patient qui, à cause d’une lésion cérébrale provoquée par une chute, n’avait pas de mémoires. Il avait juste le présent, et il était, par exemple, incapable d’ouvrir une porte, parce qu’il n’avait jamais vu une porte. Alors tu lui expliquais comment l’ouvrir et il l’ouvrait. Il sortait de la pièce mais il était incapable d’y entrer à nouveau, parce qu’il n’avait jamais vu une porte. Tu lui expliquais comment fonctionne une porte, il l’ouvrait mais ensuite il ne pouvait pas sortir. Pourquoi ? Parce qu’il n’avait jamais vu une porte. Sans cette mémoire, ton mental intellectuel ne peut pas opérer, parce que notre mental intellectuel se base sur toutes les pensées emmagasinées dans le subconscient.  

diagramme-2.pngdiagramme-3.png   

 

 

 

 

 

 

 

Sur la gauche de l’écran, nous avons l’état idéal de l’être humain – l’état d’Illumination – où la Source coule à flots au travers des trois parties: la Supraconscience, le mental intellectuel et le subconscient. En revanche, à droite, nous avons notre état habituel avec notre subconscient qui est quelque chose d’énorme – je ne trouve pas d’autre mot – et notre mental intellectuel qui va puiser de quoi travailler dans le subconscient. C’est bon ?  

En plus de ça, ce subconscient est uni à tous les subconscients du monde. Là, on rentre dans le concept de la Conscience Collective de Carl Jung, où nous sommes tous connectés par nos subconscients. Nous partageons tous la même subconscience. Donc nous agissons quasiment en pilotage automatique. Nous agissons jour après jour comme des somnambules, fonctionnant quasi exclusivement à partir de notre subconscient. Et nous allons voir maintenant, en descendant au diagramme suivant, comment le subconscient agit.  

Donc, le mental conscient est seulement capable de traiter une seule donnée à la fois, et dans le mental subconscient, il y a onze millions de données, par conséquent, en revenant au diagramme antérieur on peut voir que le mental conscient extrait du subconscient une donnée à la fois au moyen de ce crochet, et qu’en dessous il y en a 11.000.000 ! C’est la raison pour laquelle le Dr. Len disait que se servir du mental intellectuel pour guérir est une perte de temps, parce que le mental conscient ne peut traiter qu’une donnée sur les 11.000.000 des données que nous avons dans le subconscient, par conséquent on mourrait de vieillesse avant de pouvoir traiter à peine une infinitésimale partie de ce que nous avons à traiter.  

La guérison doit être un processus subconscient et ce concept a éclairé de nombreux doutes, j’ai compris énormément de choses, surtout concernant l’application de Ho’oponopono et la manière dont Ho’oponopono est relié avec d’autres pratiques que nous utilisons.  

Question : “Et si la maladie a pris son origine dans le passé, bien avant de rendre visite au thérapeute ??”  

Réponse JC : Le passé et le futur sont, de nouveau, des choses que nous avons ajoutées à notre réalité, pour vivre la réalité de la manière dont nous la concevons. Le passé et le futur n’existent pas. Ceux qui ont fait Reiki II, j’espère que pour vous c’est clair. Cette maladie s’est générée hors du temps et de l’espace.  

Question : “ S’il n’y avait aucun médecin, aucun thérapeute, est-ce que nous serions tous en bonne santé ?? ”  

Réponse de JC : Effectivement, il en serait ainsi.  

Question : “Moi, je crois que cette réalité n’est pas seulement partagée par les médecins. Il y a d’autres gens auprès de qui on peut aller pleurer et se plaindre d’être malade. Eux aussi partagent cette réalité. Il n’y a pas besoin d’être médecin.”  

Réponse de JC : Bien sûr. A la liste des médecins et des thérapeutes, tu peux ajouter les membres de la famille qui voient eux aussi cette personne comme une personne malade, et les amis qui voient eux aussi cette personne comme une personne malade, et toi, qui en ce moment même est assis là avec la croyance qu’il y a des gens malades dans ce monde. Et comme tu crois qu’il y a des gens malades dans ce monde, eh bien, il y a des gens malades dans ce monde. Toi maintenant, tu crois qu’il y a des petits noirs en Afrique en train de mourir de faim, et comme tu crois qu’il y a des petits noirs en Afrique en train de mourir de faim, eh bien regarde ! Ouvre le journal demain et tu liras que “Ca alors ! Il y a des petits noirs en Afrique en train de mourir de faim ! ”  Et toi, tu CROIS qu’ils sont là, parce que si tu n’y croyais pas, ils ne mourraient pas de faim, et là nous revenons à ce que je disais sur la Conscience Collective de Carl Jung.  

En voyant sur le diagramme le “n” du Dr. Len, ça me fait sourire, parce que lui l’appelle ”PU !”, ce qui en anglais signifie “merde”, et il disait que tout ce que nous avons ici, dans le subconscient, c’est “PU”, c’est à dire “des déchets” (des pensées erronées), et ces déchets sont collectifs. Ce subconscient est collectif, donc il y a des gens en train de mourir de faim dans ce monde. Et à ces gens on leur dit: “Ecoute, comme j’ai la ferme conviction qu’il y a des gens qui meurent de faim dans ce monde, tu veux bien me faire une faveur et mourir de faim, parce que j’ai besoin de quelqu’un qui se comporte de cette manière pour cadrer avec ma réalité.” Un peu plus loin, comme je vous l’ai dit, je parlerai de la responsabilité totale.  

Question : “Et les maladies génétiques ??”  

Réponse de JC : Une maladie génétique ne correspond qu’à une seule chose : c’est le fruit de générations et de générations de pensées erronées, qui prend la forme d’un corps malade à travers la structure de son ADN. Ceux qui ont fait l’atelier “Tout est Amour”, vous savez que nous travaillons activement pour rendre notre ADN sain, et que l’ADN peut se modifier. Il peut se modifier d’une génération à l’autre par exemple. Il n’y a rien d’insensé là-dedans, parce qu’il y a une étude scientifique, où, un rat stressé a transmis le gène du stress à ses enfants en une seule génération. Et là, il s’agit du comportement d’un rat, pas d’un être humain. C’est le comportement d’un rat qui s’est transmis d’une génération à l’autre, en modifiant sa génétique. 

Donc les maladies génétiques sont le fruit de générations et de générations de pensées erronées. De la même façon que ces pensées erronées sont crées, ces pensées erronées peuvent être libérées. Alors, peu importe la maladie génétique que tu as, tu peux t’en débarrasser une fois que tu t’es libéré des pensées collectives erronées qui ont fabriqué cette croyance. N’oublie pas qu’un filament d’ADN est toujours le fruit de ta création, de même que la chaise sur laquelle tu es assis. Un filament d’ADN est quelque chose que tu as crée. Il est très important de préciser que rien n’existe dans l’univers si tu ne le crée pas d’abord avec ta pensée. Et ça se réfère à la chaise sur laquelle tu es assis, à un filament d’ADN, à une tumeur, à quoique ce soit. Si tu ne le crées pas, il n’existe pas, tout simplement.    

Question : “ Alors les virus et les bactéries n’ont rien à voir là-dedans ? Et les vaccins, les remèdes, etc,  ils ont pourtant l’air de fonctionner…?”  

Réponse de JC : Bien sûr que oui ! Quand tu amènes une situation sur un plan physique, alors tu peux agir sur cette situation de manière physique. Lorsque des pensées erronées génèrent une maladie virale ou bactérienne, eh bien toi, naturellement, tu dois appliquer une solution physique à cette manifestation physique, mais n’oublie pas que ton corps contient suffisamment de virus et de bactéries pour te tuer en 24 heures. Ton corps, le corps de qui que ce soit, a suffisamment de virus et de bactéries pour mourir en 24 heures. Pourquoi cela n’arrive-t-il pas? Eh bien parce nous avons un système immunitaire qui évite que ça se produise. Nous avons là une manifestation physique qui se produit et se déroule de façon parfaitement naturelle. Mais c’est toujours l’effet de quelque chose et non la cause. De fait, le Dr. Len a beaucoup parlé de ça pendant l’atelier, du concept de cause à effet.  

Question : “Je crois que le libre arbitre consiste précisément à décider de croire ou de ne pas croire quelque chose, et c’est comme ça que tu crée ta réalité”.  

Réponse de JC :  Tout à fait. Ce qui se passe, c’est que la majorité d’entre nous croyons, car c’est là qu’entre en jeu la conscience collective. Donc, si je demande à une personne déterminée d’avoir un cancer pour cadrer avec ma réalité, cette personne normalement va dire: “D’accord !” à cause de cette croyance collective que nous avons, à cause de ces déchets collectifs, ce PU !  

Question : “Lorsqu’un remède est créé, c’est parce qu’on a forgé la croyance en la guérison ?”  

Réponse de JC : Tout à fait. D’ailleurs je me rappelle – pour citer un exemple – de l’épidémie d’herpès dans les années ’80. Il y eut une épidémie mondiale juste avant le Sida. On disait que l’herpès était un fléau, que c’était une chose terrible, que c’était une pandémie, quelque chose de très sérieux, incurable, que c’était fatal, épouvantable etc…et maintenant qui se préoccupe de l’herpès ? Très peu de gens ! Parce que la croyance dans cette maladie a changé, alors son importance s’est réduite, avec ou sans la création d’un médicament pour conforter la nouvelle croyance.

Question : “Les émotions ou les pensées c’est pareil ?”  

Réponse de JC : Non, les émotions sont la réponse corporelle aux pensées. Tu crées une pensée, et cette pensée pénètre dans ton corps et le fait vibrer. Songe un peu à ce que sont les émotions : les émotions sont les vibrations de l’énergie à l’intérieur de ton corps. Vous pouvez aller voir de plus près les travaux de Candace B. Pert sur le sujet. C’est une chercheuse de l’Institut National de la Santé Nord-Américaine, qui a découvert dans les années ’80 les récepteurs cellulaires des neuropeptides. En fait, ce qu’elle dit c’est que lorsque tu ressens une émotion dans tout ton corps, ce que tu sens ce sont des milliards et des milliards de récepteurs cellulaires en train de vibrer pour attirer les neuropeptides adéquats. Alors, qu’est-ce qui génère les émotions ? Eh bien, la pensée.  

Et maintenant, qu’est-ce qui a le plus de force ? Une impulsion électrique générée par ton cerveau ou ton corps entier vibrant d’émotion ? L’émotion bien sûr. Des milliards de récepteurs vibrant dans ton corps tout entier, car il ne faut pas oublier que ton foie a des récepteurs, ton pied droit a des récepteurs pour ces neuropeptides…donc quand tu as une émotion, c’est ton corps entier qui vibre avec cette émotion, alors que ta pensée est un courant électrique qui ne dure qu’un millième de seconde, créant un réseau neuronal. Donc, bien sûr, l’émotion a beaucoup plus de pouvoir qu’une simple pensée.

 

diagramme 3 

Si l’on regarde le diagramme III de la page web, voici comment on guérit en utilisant Ho’oponopono : La première chose que tu fais, c’est d’entrer en contact avec l’Enfant, [l’Unihipili en Hawaïen], à travers l’Intellect. La seule démarche intellectuelle valable, c’est quand l’Intellect – c’est à dire toi, ton être conscient, la personne rationnelle que tu es – se met en contact avec l’Enfant. Cette démarche doit être une démarche volontaire, une démarche voulue, désirée, et tu dis à l’Enfant : “S’il te plaît Enfant, connecte-toi avec la Source et demande notre guérison. La deuxième chose qui se produit, c’est que l’Enfant s’exécute et demande à la Source là-haut: “S’il te plaît Source, aide-nous à guérir”. La Source bien-sûr répond, et la Source envoie un flot de guérison à travers le Moi Supérieur, le Subconscient et l’Enfant, et l’énergie s’écoule à travers tout ton Être.

Question : “Qui est l’Enfant, où est-il, c’est toi quand tu étais petit, c’est ton être intérieur? Qu’est-ce que c’est ?”  

Réponse de JC : Non. Selon les hawaïens, il a une correspondance énergétique qui est située deux doigts en-dessous du nombril, ce qui correspond comme par hasard avec le second chakra bien que eux n’utilisent pas les chakras. Donc, énergétiquement, l’Enfant se trouve localisé à cet endroit et dans cette partie de ton corps. Mais, l’Enfant représente en fait le cumul de toutes les pensées répétitives, de toutes les croyances de l’humanité depuis le moment de sa création, depuis l’apparition du premier humain sur la Terre. Eh bien l’Enfant représente cette croyance collective, comme l’a appelée Carl Jung, par exemple.  

Donc, l’énergie s’écoule à flots à travers tout ton être et entraîne la guérison. En quoi consiste le processus de guérison ? Lâcher les pensées erronées que tu entretiens au sujet de tout ce qui t’entoure, et surtout au sujet des personnes de ton entourage. C’est en ça que consiste le processus de guérison. Ce qui est intéressant – et ça c’est un point très important – pendant que toi tu es en train de guérir, de lâcher les pensées erronées, qu’est-ce qui se passe ? Eh bien, l’énergie de la Source s’écoule à flots à travers toi. Et c’est ça qui est vraiment important. Durant le processus de guérison, la Divinité te remplit, c’est un encouragement puissant à poursuivre la guérison, parce que pendant que tu guéris, l’énergie de la Source s’écoule à flots à travers toi.  

Un autre aspect important de ce diagramme c’est que seul le subconscient peut guérir. L’Enfant est celui qui mène à bien le processus de guérison, toi, tu ne peux pas te guérir, tu ne peux pas te guérir parce que tu es le mental intellectuel, le mental rationnel, le mental conscient. Essayer de guérir ce qui t’appartient, c’est comme essayer de prendre de la soupe avec une fourchette. Seul l’Enfant peut guérir. Toi, tu peux démarrer, enclencher le processus, tu peux entrer en contact avec l’Enfant et lui dire: “Dis, s’il te plaît, guéris cette croyance, guéris ces pensées erronées.” Et c’est l’Enfant qui se connecte avec la Source et qui demande ce flux d’Energie divine. Mais toi, personnellement, tu ne peux pas guérir.  

Question : “Comment peux-tu lâcher des traumatismes importants qui remontent à l’enfance ? C’est à dire, devons-nous nous situer dans le passé, au moment où le traumatisme a eu lieu pour le guérir ?”  

Réponse de JC : Ho’oponopono ne fonctionne pas comme ça. Ho’oponopono ne fonctionne pas en regardant tes traumatismes et tes problèmes. Ho’oponopono s’attache à la manière dont tu vois les gens autour de toi, et TA manière de voir les gens est ce qui TE cause des traumas et des problèmes. Donc si tu regardes autour de toi et que tu perçois les gens à travers des pensées erronées, si tu vois une personne laide, si tu vois une personne agressive, si tu vois une personne triste, si tu vois une personne déprimée, la manière dont tu vois ces personnes se base sur tes pensées erronées, qui auront sûrement à voir avec un quelconque traumatisme, donc tu utilises les personnes de ton entourage pour mener à bien ta propre guérison.  

Comment fais-tu ? C’est très simple: tu regardes autour de toi et tu vois tous les gens qui ne te plaisent pas, tu vois tous les gens que tu ne supportes pas, tu vois toutes les personnes que tu trouves laides, antipathiques, eh bien, tous ces gens se comportent de cette façon à cause des déchets qui sont en toi. Et si tu cesses de les voir ainsi, tu guéris.  

Question : “Donc, supposons que l’on travaille toujours au présent, et supposons que l’on est thérapeute, faut-il parler à l’Enfant du patient et lui faire comprendre qu’il doit se connecter avec la Source ?”  

Réponse de JC : Non. Tu parles avec TON ENFANT.  

Question : “Mais comment puis-je aider le patient avec cette technique en parlant seulement avec mon Enfant ?”  

Réponse de JC : Parce que c’est TON Enfant qui a crée la maladie du patient. C’est TON Enfant. Laisse tranquille l’Enfant du patient, il a assez à faire comme ça. C’est ton Enfant qui provoque le problème, donc, l’Enfant du patient tu le laisses tranquille. Centre-toi sur TON Enfant et libère les pensées erronées qui créent la maladie chez ce patient. Au moment où tu libères les pensées erronées, tu cesses de les avoir.  

Question : “Mais alors, d’après ce qui a été dit, si en tant que thérapeute je veux guérir cette personne qui est là devant moi et que je ne connais pas, je le fais à travers mon Enfant ? Alors, qu’est-ce que je fais, j’approche cette personne près de mon Enfant ?”  

Réponse de JC : Non, je t’ai déjà expliqué au départ comment procède le Dr. Len. Par exemple: le Dr. Len, deux semaines avant l’atelier, eh bien, il a pris connaissance de la liste des participants qui allaient assister à l’atelier, et grâce à sa capacité de Chaman Kahuna hawaïen, il s’est connecté avec ce qu’il avait crée avec ses pensées erronées, et ce fut assez hallucinant parce que devant 25 personnes, il a pris la liste et a commencé à dire: “Bon, ici je vois des abus sexuels dans l’enfance, ici je vois un père qui maltraitait, ici je vois de la tristesse pour la mort de sa mère”, etc, etc, et il a continué de regarder la liste sans citer de noms, pour des questions de respect de la vie privée, et après, il a poursuivi avec des choses plus légères, en disant: “ Qui est concerné par le fait suivant ?” “Le deuil d’une grand-mère morte quand la personne avait 9 ans ?”, et quelqu’un leva la main. “Une hospitalisation à la suite d’une chute grave en bicyclette à l’âge de 8 ans ?”, et quelqu’un leva la main, et ainsi de suite, participant après participant, et quand ils levaient la main, il disait : “I’m sorry, I love you” (je suis désolé, je t’aime) et il libérait tous ses déchets qui avaient créé cette chute en bicyclette; ses déchets qui avaient créé le deuil pour la mort d’un être cher; ses déchets qui avaient créé les abus sexuels de ce participant. Et ça, pour revenir un peu sur la question au sujet du passé, au sujet de quelque chose qui s’est produit dans le passé, c’est pareil. Les déchets sont là, qu’il s’agisse du passé ou du futur. Et c’est comme ça que tu fais.  

Question : “Et quand il s’agit de quelque chose qui est arrivé avant ta naissance, quelque chose qui est arrivé à des gens plus âgés que toi ?”  

Réponse de JC : C’est pareil. Ces personnes n’ont pas cessé d’exister, elles ne sont simplement plus dans leur corps physique, donc c’est pareil.  

Question : “ Non, je me réfère au fait que ces personnes sont toujours vivantes, d’accord ? C’est une personne qui a 40 ans de plus que toi et qui a un problème dont la cause remonte avant ta naissance. Comment peux-tu être responsable de quelque chose qui s’est produit alors que tu n’existais pas encore ?”  

Réponse de JC : Parce que cette personne est maintenant dans ta réalité.  

Question : “Mais si c’est arrivé avant que tu naisses…”  

Réponse de JC : Oui mais si cette personne est aujourd’hui dans ta réalité…Nomme, par exemple une personne qui te passe par la tête.

“Ma mère.”  

Réponse de JC : Tu es consciente d’une personne que tu identifies comme ta mère, cette personne existe bel et bien dans ta réalité. Donc c’est suffisant ! Puisque cette personne EST dans ta réalité et n’importe quelle personne qui est dans TA réalité en fait partie, par conséquent n’importe quelle personne qui est dans ta réalité se comporte selon tes expectatives sur cette personne. Que l’origine de ce comportement remonte à 40 ans en arrière ou que ça se produise dans 40 ans est sans importance, parce que le temps n’existe pas.  

Question: “Comment les affirmations que nous pratiquons jour après jour peuvent-elles avoir une influence ?”  

Réponse de JC : Les affirmations que tu pratiques quotidiennement sont très utiles pour créer une réalité libre de PU !  

Question : “Comme tout est énergie, qu’en est-il du subconscient ? J’imagine que c’est aussi de l’énergie ? Nous sommes de l’énergie en évolution.”  

Réponse de JC : Bien sûr ! Le subconscient est énergie, nous sommes énergie, tout est énergie. Qu’est-ce qui varie dans l’énergie? Son taux vibratoire. Donc cette énergie est justement en processus constant de transformation – et c’est là que nous avons un rôle à jouer – celui de diriger la transformation de l’énergie. Tu peux la transformer en quelque chose qui retourne à la Source où tu peux la transformer en quelque chose de disharmonieux par le biais d’une pensée ou d’une croyance erronée. De fait, c’est un bon commentaire parce que c’est une des choses qui m’a considérablement choqué jusqu’à ce que je comprenne ce que le Dr. Len voulait dire par: “Le seul libre arbitre que nous avons c’est celui de choisir si nous désirons que la Divinité coule à flots à travers nous ou pas. Tout le reste c’est PU !” J’ai adoré !  

Question : “Est-ce que le subconscient peut demander à la Source de ne pas le guérir, parce que, inconsciemment tu ne veux pas te guérir ?”  

Réponse de JC : Non, le subconscient est un enfant. Un enfant veut être heureux. Un enfant n’est pas heureux sous le poids des déchets que tu lui balances. Un enfant ne se connecte pas tout seul à la Source parce qu’il ne sait pas comment, mais un enfant veut être heureux. Avez-vous déjà rencontré un enfant qui ne désire pas être heureux (si tu le sépares des croyances erronées de ses parents) ? Bien sûr que non. Tout enfant veut être heureux. Connaissez-vous un bébé qui cherche délibérément le malheur ? Bien sûr que non, au contraire. Quand il est mal à l’aise, il te fait savoir de vive voix qu’il désire se sentir bien grâce à une couche propre ou un ventre plein, donc tout enfant veut être heureux.  

Et le subconscient n’évitera jamais de se connecter à la Source. Le subconscient est un enfant. C’est la raison pour laquelle les hawaïens utilisent ce concept, ainsi chaque fois que tu penses à ton subconscient tu penses à un enfant. Un enfant ne s’embrouille pas, un enfant ne connaît pas de complications, un enfant ne se torture pas l’esprit avec les choses, un enfant veut être heureux un point c’est tout. Et la seule chose que tu dois faire c’est lui montrer comment se connecter à la Divinité, parce qu’il ne le sait pas et c’est là qu’intervient le processus conscient. Demande-lui: “Enfant, s’il te plaît, connecte-toi avec la Divinité”, et maintenant nous allons voir comment.  

Question : “D’après ce que nous avons vu dans le cours pour thérapeutes, en tant que thérapeute on ne guérit pas, mais on aide la personne dans son processus d’auto-guérison. Est-ce qu’on l’aide à se connecter avec son Enfant pour qu’elle puisse se connecter à la Source ?”  

Réponse de JC : Non. Tu laisses le patient tranquille. Ne l’embête pas. Toi, tu guéris TON Enfant. On n’aide personne à se connecter avec son Enfant ni à se connecter avec la Source. Ça c’est un acte de l’ego. Un de ces jours, le patient contactera son Enfant pour qu’il demande à la Divinité de guérir ses pensées erronées sur son thérapeute de Reiki qui est chiant ! D’accord ? Toi, tu t’occupes de tes affaires. Laisse l’Enfant du patient tranquille. C’est un processus d’auto-guérison, parce que lorsque tu guéris, l’autre personne guérit. D’accord ?  

Question : “Mais alors pourquoi y-a-t-il des patients et des thérapeutes ? Que chacun essaye de se guérir et c’est tout !”  

Réponse de JC : Effectivement, chacun se guérit et c’est ça qui est chouette ! Toi, comme thérapeute de Reiki, logiquement, tu continues de faire ce que tu sais, qui est d’imposer les mains sur les personnes pour canaliser une énergie. C’est ce que je continue de faire. Quand un patient vient me voir en consultation, je ne me mets pas dans un coin. Ça n’est pas une mauvaise idée, mais non. Je continue d’imposer les mains, je continue de canaliser une énergie, je continue de voir un effet sur le patient lorsque je canalise une énergie. Je mets les mains sur le Plexus Solaire et il a une libération énergétique ou émotionnelle. Je mets les mains sur son cou et la tension des cervicales est libérée, c’est à dire que je continue de faire ce que je faisais avant, mais en même temps, j’applique Ho’oponopono. On va voir dans un moment comment l’appliquer.  

Question : “Si bien qu’en changeant sa réalité, on peut tout guérir et même régénérer ?”  

Réponse de JC : Effectivement, et ça, ce n’est pas seulement Ho’oponopono qui le dit. Mais aussi Esther et Jerry Hicks, Sai Baba, Osho, autrement dit toutes les cultures le disent: tu crées ta réalité et tout peut être guéri et même régénéré.  

Question : “ J’ai lu que lorsque l’on fait Ho’oponopono, il ne faut pas visualiser le résultat.”  

Réponse de JC : Effectivement, il n’y a pas à visualiser le résultat, parce qu’encore une fois, visualiser le résultat est une perte de temps, parce que tu ne sais pas ce qui se passe. Tu ne sais pas ce que tu guéris. Tu libères les pensées erronées envers la personne qui a un cancer. Tu ne sais pas ce que tu es en train de guérir. Tu ne sais pas si tu es en train de libérer les pensées erronées sur ta mère ou sur ton voisin du cinquième. Tu n’en as aucune idée, tu ne sais pas ce qui est en train de se passer.  

Question : “Si je vois une personne laide dans la rue et que je veux nettoyer (ma perception), alors qu’est-ce que je fais, je vois en elle quelque chose de joli, pour changer mon opinion ?”  

Réponse de JC : Non. Tu utilises Ho’oponopono, parce que lorsque tu utilises Ho’oponopono tu libères tes pensées sur cette personne.  

Question : “ Mais, le subconscient c’est un enfant, ou un tas de déchets, ou un enfant qui vit au milieu des déchets ?”  

Réponse de JC : C’est une question fondamentale parce que comprendre cette question signifie que tu comprends comment fonctionne Ho’oponopono. Nous sommes tous des Etres de Lumière Parfaits. Tu es un Etre de Lumière Parfait et le processus de guérison avec Ho’oponopono reconnaît cela. Tout ce que tu es, est Parfait – Ton Moi Supérieur est Parfait, ton Moi Intellectuel est Parfait et ton Enfant est Parfait. Ton Enfant fait partie de toi, par conséquent, ton Enfant est un Etre de Lumière Parfait, comme toi, tu es un Etre de Lumière Parfait.  

Mais alors, qu’est-ce qui se passe? Au cours des millénaires, au cours des générations, l’Enfant a accumulé des déchets que nous avons rejetés, on pourrait donc dire effectivement que c’est un peu comme un enfant qui vit dans les déchets. En dessous de cet énorme tas de déchets, en dessous de cette décharge municipale il y a un Etre de Lumière Parfait et Superbe, qui est Toi, qui est l’Enfant, qui est l’Etre Conscient, qui est l’Etre Supérieur et ce que nous voulons faire c’est nous libérer de ces déchets pour arriver au diagramme où la Divinité s’écoule à flots à travers tout notre Être. Et lorsque la Divinité s’écoule à flots à travers tout notre Être, tout ce que nous faisons naît de cette Source. D’accord ?  

Question : “Tu dis qu’il ne faut pas visualiser le résultat, cependant, dans la Loi d’Attraction le cerveau ne distingue pas entre le réel et l’imaginaire…?”

Réponse de JC : Ce sont deux concepts différents. La Loi d’Attraction t’apporte ce que tu visualises ou ce que tu crées pour toi-même. Tu veux une voiture neuve, eh bien, tu en visualises une. D’ailleurs, on a tous fait ça, c’est pourquoi nous avons tous des BMW garées dehors …!! Ha ha ha!  

Ho’oponopono, ça n’est pas ça. Ho’oponopono sert à libérer les déchets que tu as accumulés en toi. Cependant, une autre chose qu’a commenté le Dr. Len dans le séminaire et qui m’a énormément impressionné, c’est que ça a quand même à voir avec la Loi d’Attraction. Parce que, qu’est-ce qui se passe? Une des choses que disent Esther et Jerry Hicks, c’est que le concept de la Loi d’Attraction comporte trois étapes : La première étape : tu demandes. La deuxième étape : l’Univers répond. La troisième étape : tu permets à ce que tu as demandé d’entrer dans ta réalité. Dans la première étape tu agis. Dans la seconde étape c’est l’Univers qui agit. Dans la troisième étape, tu permets….Et voilà !  

Et la clé se trouve là, parce que si tu as beaucoup de déchets, si tu as beaucoup de PU, tu ne permets pas à l’Univers de te donner ce que tu as manifesté, et de là viennent les résistances à accepter ce que toi-même tu as demandé. L’Univers t’a dit: “Ton désir est Ma Volonté”, mais tu empêches ce que tu as demandé d’entrer dans ta réalité à cause de toutes ces déchets qui disent : “Oh! Je ne mérite pas ça !”, “Oh ! C’est trop bon pour moi”, “Oh ! Je ne peux pas avoir ça !” Donc, qu’est-ce qui se passe? Tu bloques (l’accès au bien-être) à cause de ces déchets, par conséquent, tu nettoies les déchets et la Loi d’Attraction peut fonctionner positivement….Et voilà !  

Question : “Pourquoi est-ce qu’on voudrait se jeter des déchets (se faire du mal) ? ”  

Réponse de JC : Cette question est curieusement celle que j’ai posé au Dr. Len, et sa réponse fut terriblement profonde: “I don’t know”, ce qui en français signifie: “Je ne sais pas”, et il m’ignora complètement. Par conséquent je vais faire la même chose…”I don’t know”, Ha ha ha !! Il y a beaucoup de théories sur ça, mais lui fut totalement honnête en disant: “Je sais juste ce que nous faisons”. Ce que j’enseigne pendant les cours de Reiki, c’est que nous utilisons des comportements primaires – la lutte ou la fuite – qui nous aidaient lorsque nous vivions dans des cavernes et qui aujourd’hui sont totalement obsolètes, parce que, quand ton chef te crie dessus, ce n’est pas un comportement approprié de le transpercer avec ta lance, même si tu en meurs d’envie. On ne vit plus dans une caverne et tu n’es plus en danger de mort, mais ton corps continue de réagir de cette manière. Et comme tu ne libères pas cette énergie (de lutte ou de fuite), elle s’accumule sous forme de déchets. Tu répètes cette situation des millions et des millions de fois, au cours des générations et des millénaires et là tu as ton PU ! Mais, comme je dis, c’est seulement une théorie. Donc on a vu un peu comment on guérit, oui ?  

Notre Moi Intellectuel, cette partie de toi qui est présente dans cette salle – du moins je l’espère – entre en contact avec l’Enfant (le subconscient) et l’Enfant dit à la Divinité: “S’il te plaît, guéris-nous”, et la Divinité envoie un flux d’énergie à travers nous.  

Maintenant voyons un peu cette fameuse phrase que j’ai répétée au cours de cette soirée : la responsabilité totale “100 % de responsabilité”.  

Qu’est-ce qui se passe ? Revenons au cas du patient avec un cancer. Tu es thérapeute de Reiki ou tu es médecin ou quoique ce soit, et tu as devant toi un patient avec un cancer. Et bien sûr, c’est toi qui as créé la maladie de ce patient, par le fait même d’être thérapeute ou médecin ou quoique ce soit. Ma question au Dr Len fut la suivante: “Oui, mais ce patient a une mère, et si la mère le voit avec un cancer ? La mère aussi a crée son cancer ! Et ce même patient a un mari, et le mari a comme concept que son épouse doit souffrir d’un cancer, sinon elle ne serait pas malade ! Et ce patient a également un frère et des amis, si bien qu’il y a des gens autour d’elle qui ont comme concept que cette personne a le cancer, c’est juste ?” Et alors, je lui dis : “Comment moi, en tant que thérapeute, puis-je guérir cette personne cancéreuse en libérant simplement MES pensées erronées ? Parce qu’il reste les pensées erronées de la mère, il reste les pensées erronées du mari, il reste les pensées erronées du frère. C’est ça que je ne comprends pas ! Et attention ! Ça fonctionne parce que je l’ai vu et utilisé, mais je ne comprends pas.” Et lui, il a dit: “C’est parce que tu es disposé à assumer la responsabilité totale “100 % de responsabilité” de ces pensées, et c’est la raison pour laquelle tu peux toi tout seul faire en sorte que cette personne guérisse”.  

Et il commença à donner des exemples. Un des exemples qu’il donna fut celui de Gandhi. Gandhi était un homme seul, et en plus petit, chauve et laid, sans influence politique, sans pouvoir économique, sans grandes amitiés, sans aucune sorte d’affiliation à des partis politiques, mais il réussit à lui seul à ficher dehors un Empire dominant, qui avait été en Inde pendant 200 ans, et qui considérait l’Inde comme “le Joyau de la Couronne”. Si vous allez à la Tour de Londres, eh bien au centre de la couronne de la reine il y a un diamant qui s’appelle “l’Etoile de l’Inde”, c’est le symbole de l’Inde qui était la colonie la plus importante de l’Empire Britannique. Eh bien, à lui seul, Gandhi a réussi à chasser l’Empire Britannique hors de l’Inde. Comment ? En assumant 100% de responsabilité sur le fait que la Grande Bretagne était en train de dominer l’Inde. Il assuma 100% de responsabilité sur la possibilité de pouvoir jeter les Anglais dehors, et il l’a fait et il a réussi.  

Donc si tu réussis à assumer 100% de responsabilité sur les pensées erronées envers une personne, malgré le fait que cette personne ait une mère, un frère, tu peux, à toi tout seul, faire que cette personne guérisse. En assumant 100% de responsabilité. Et quel est l’avantage de faire ça ? C’est que si tu assumes 100% de responsabilité, qu’est-ce que tu guéris ? 100 % des déchets, parce que plus tu admets de déchets comme t’appartenant, plus tu peux guérir, parce que n’oublies pas qu’il s’agit de TES déchets.  

Et le Dr. Len nomma de nombreuses autres personnes. Il cita, par exemple, Jésus-Christ, quand il dit: “Je suis venu dans ce monde pour laver les péchés de l’homme”. Substitue par : il était en train d’assumer 100% de la responsabilité. Lui seul assumait 100% des déchets de toute l’humanité, et regarde ce qu’il a fait! C’est pas mal pour un seul mec ! Gandhi : c’est pas mal pour un seul mec ! Nelson Mandela, pareil !  

Nelson Mandela, depuis une prison où il fut enfermé pendant 23 ans, a lui aussi chassé la race blanche du pouvoir après 300 ans de domination, sans amis, sans pouvoir économique, sans intérêts sociaux puissants, en solitaire, depuis une cellule. Comment ? En assumant 100 % de responsabilité. Et c’est ainsi que fonctionne Ho’oponopono, et c’est la raison pour laquelle un thérapeute de Reiki, par exemple, qui utilise Ho’oponopono peut libérer ses pensées erronées sur une personne cancéreuse au point de la guérir, parce que si ce thérapeute de Reiki, par exemple, ou ce médecin, est disposé à assumer 100% de responsabilité, la personne guérit.  

Question : “Le fait d’assumer est un acte conscient ou non ?”  

Réponse de JC : Non. Rien de ce qu’on fait pour guérir, ne peut être un acte conscient. Ça ne peut se produire qu’à travers l’Enfant. C’est à l’Enfant qu’il revient d’assumer 100% de responsabilité.  

Question : “L’autre jour, dans le forum, je ne sais pas si tu te rappelles d’Angel qui parlait précisément de l’acte conscient… alors, le fait qu’une personne qui assume 100 % de responsabilité ne constitue pas en soi un acte conscient…!!?? C’est ahurissant ! Pour moi, Gandhi était absolument conscient, Jésus était absolument conscient et Mandela aussi, et le fait que tu te mettes devant une personne cancéreuse pour essayer de la guérir en te guérissant toi est un acte conscient, responsable, parce qu’en plus tu as une profession, ou bien tu as choisi un chemin en étant responsable et conscient de vouloir faire ça.”  

Réponse de JC : Je ne crois pas que Gandhi, Nelson Mandela et tous ces grands qui ont changé le monde, je ne crois pas qu’ils aient agi au travers d’un acte conscient, je crois qu’ils agissaient de la façon dont nous agissons lorsque nous sommes dans le cas du diagramme de gauche de la page web, en état d’illumination. C’est une question de logique. Tu ne peux pas créer et mener à bien des changements aussi impressionnants si tu n’as pas la force Divine qui coule à flots en toi. Quand la force Divine passe à travers toi, ce que tu fais ne vient pas d’un acte conscient, c’est un acte impulsé par la Source Créatrice. Les actes conscients sont basés sur…PU ! Le crochet, avez-vous vu le diagramme? Les actes conscients sont basés sur Pu !? Tu rentres dans la merde, tu sors quelque chose et tu travailles avec ça. Tous nos actes conscients sont basés sur les déchets, parce que c’est la seule chose que sait faire l’intellect.  

Revenons au diagramme que vous avez sur la page web. Dans le diagramme numéro 1 l’intellect fonctionne seulement en extrayant des déchets de l’inconscient. Vous vous rappelez de l’exemple que j’ai évoqué, d’une personne avec une lésion cérébrale, qui ne savait pas ouvrir une porte, parce qu’elle n’en avait jamais vu une ? Eh bien c’est comme ça, c’est la seule manière que l’intellect a de fonctionner. En extrayant des choses du subconscient, de sorte que toute chose que tu fais à travers un acte conscient est basée sur tes déchets. Et les deux seules façons que tu as d’agir c’est ou bien à travers le conscient – en travaillant à partir de tes déchets – ou bien à travers l’énergie de la Source qui coule à flots à travers toi.  

Donc, si tu peins un merveilleux tableau qui “remue” les gens, ce n’est pas toi qui a peint le tableau, c’est la force Divine s’écoulant à travers toi qui l’a peint. Si tu écris un livre qui change le monde, ce n’est pas toi qui écris le livre, c’est la force Divine qui passe à travers toi. Si tu chasses un empire dominant un pays de 250 millions de personnes à toi tout seul, ce n’est pas toi qui le fais, c’est la force Divine qui s’écoule à travers toi qui le fait, parce que ton Moi conscient peut seulement travailler avec… PU !  

Question : “Ce sont des modèles hérités ? C’est difficile d’être responsable si la majorité ne les identifie pas, alors, comment tu le sais ?”  

Réponse de JC : Bon, parce que tout ton comportement est basé sur ces modèles, de sorte que tu es 100% responsable. Peu importe qui les a créés, ce qui importe, c’est que c’est là-dessus que tu bases ta façon de vivre. C’est un peu comme prendre un pistolet, tirer sur quelqu’un et dire: – Hé ! Moi je n’ai rien fait, c’est celui qui a inventé le pistole t! – Ben non, c’est toi et pas les inventeurs du pistolet. C’est ainsi que ça fonctionne.  

Alors, quand tu es devant quelqu’un, qu’est-ce que tu fais ? Eh bien, il y a de nombreuses manières de l’aborder, de nombreuses manières de le faire mais la meilleure pour moi c’est la plus simple. Tu vois quelqu’un que tu ne peux pas sentir, tu vois quelqu’un dans la rue et tu dis: “Ah! Qu’il est laid !” Et immédiatement tu te rends compte que cette laideur est le fruit de ta création. C’est toi qui as demandé à cette personne : “S’il te plaît, peux-tu être laid pour cadrer avec mon concept qu’il y a des gens laids dans ce monde ?”. C’est comme ça, tu peux rigoler mais c’est comme ça. Cette personne que tu vois dans la rue et de laquelle tu dis “Ah, qu’il est laid !” “Ah, qu’il est poilu !” “Ah, quelle robe ! Quelles couleurs !”, tout ça, cette personne est dans ta réalité pour satisfaire ton concept qu’il y a des gens laids dans ce monde.  

Le plus simple c’est de dire: “JE SUIS DÉSOLÉ, JE T’AIME”. C’est bon ? Donc le plus facile c’est de dire: “JE SUIS DÉSOLÉ, JE T’AIME”.  

On va voir ce que vous êtes en train de dire avec ce “JE SUIS DÉSOLÉ, JE T’AIME”.  

Tu es en train de dire “Je te demande pardon parce que mes pensées erronées font que je te voie comme quelque chose qui n’est pas un Etre de Lumière Parfait”. D’accord ?  

Comme tu vois cette personne comme une personne laide, par conséquent cette personne est laide, parce que tu la voies comme ça, mais derrière cette laideur que tu as créée, il y a un Être de Lumière Parfait. Donc tu dis: “Je te demande pardon pour mes pensées erronées qui me font voir comme autre chose qu’un Etre de Lumière Parfait et je t’aime”. Oui ? “JE SUIS DÉSOLÉ, JE T’AIME”.  

Tu peux alterner entre ces deux choses, donc tu lui demandes pardon pour tes pensées erronées qui font que tu le voies comme autre chose qu’un Être de Lumière Parfait. Ne dis pas comme une personne avec cancer, parce qu’il se pourrait que le problème ne soit pas un cancer, il se pourrait que ce soit de la rage contenue, comme nous le savons depuis le cours de thérapeute : le cancer, c’est de la rage contenue. Donc ne te complique pas la vie. Simplement, comme tu le vois comme quelque chose qui n’est pas un Être de Lumière Parfait, tu lui demandes pardon.  

Tu peux dire aussi que tu assumes la responsabilité totale pour les pensées qui te font le voir comme autre chose qu’un Être de Lumière parfait. Ça c’est autre chose que tu peux faire: tu assumes la responsabilité à 100%.  

Avant tout chose, tu dois faire quelque chose de très important : entrer en contact avec ton enfant, parce que n’oublions pas que l’Enfant est celui qui réellement mène à bien le processus de guérison.  

Tout ce que tu dis en réalité, tu le dis au nom de l’Enfant. En fait, moi ce que je fais, lors d’une séance de Reiki par exemple, ou quand je vois quelqu’un de laid dans la rue, c’est la chose suivante : j’utilise ce regard intérieur pour entrer dans l’espace au-dessous du nombril, où est mon enfant, et je dis : “ S’il te plait, peux-tu entrer en contact avec la source pour que nous puissions guérir ?” (Et bien sûr, je sais que mon enfant dit “Ouiiiii!” Il est enchanté : des déchets en moins !) Et tu dis à l’enfant : “Enfant, s’il te plait, demande à la Source de guérir nos pensées erronées qui font que nous voyons cette personne comme autre chose qu’un Etre de Lumière Parfait, JE SUIS DÉSOLÉ, JE T’AIME”. Tu t’adresses à la personne mentalement et tu dis “JE SUIS DÉSOLÉ, JE T’AIME”.  

Question : “Peux-tu te guérir toi-même d’une maladie en utilisant Ho’oponopono ?”  

Réponse de JC : Oui. Quelqu’un a posé cette question pendant le cours sur Ho’oponopono en Irlande et le Dr Len a dit: – “Oui. La première chose que tu dois faire c’est d’aimer ta maladie parce que ta maladie est en train de te dire qu’il y a quelque chose que tu dois guérir. De la même façon que tu dis à une personne “Je suis désolé, je t’aime”, tu dis à ta maladie JE T’AIME. Tu dis: “Merci maladie de me montrer les déchets que je dois guérir”. Parce que, c’est quoi une maladie ? C’est l’effet de PU ! Une maladie c’est l’effet des déchets, que ce soit les tiens ou ceux des autres, c’est l’effet des déchets de sorte que ta maladie est merveilleuse parce qu’elle est en train de te dire que tu as quelque chose à guérir.  

Imagine-toi si cette maladie n’était pas là, tu ne saurais pas que tu as quelque chose à guérir et tu serais simplement un pauvre malheureux sans savoir pourquoi. Donc cette maladie te donne cette merveilleuse opportunité de guérir quelque chose, de façon que tu aimes ta maladie. Et ce fut très impactant pour moi, parce que j’ai souvent entendu parler de ça ‘d’aimer ta maladie’ mais ça m’avait toujours paru une stupidité, parce que je vois mes patients, et bien, quand on a un patient avec une dépression de cheval, médicamenté jusqu’aux yeux et qui est comme un zombi, lui dire à cette personne ‘aime ta maladie’, et bien, s’il ne te colle pas son poing sur la figure, c’est parce qu’il est brave. ‘Aime ta dépression, oui, oui…et ta famille ça va ?…Mais maintenant je comprends, parce que effectivement ta maladie est en train de t’indiquer que tu as quelque chose à guérir, par conséquent tu es reconnaissant envers la maladie parce qu’elle t’indique qu’il y a quelque chose que tu dois guérir.  

Et comme avec Ho’oponopono tu n’as pas besoin de savoir quoi, de fait c’est impossible de savoir quoi, vous vous rappelez du 1 sur 11.000.000 ? Tu ne peux pas savoir ce que tu es en train de guérir, tu ne peux pas savoir quel est le problème. Par conséquent ne te complique pas la vie !  

Simplement, tu rentres en contact avec ton Enfant et tu dis à ton Enfant: “Enfant, s’il te plait, entre en contact avec la Source et demande à la Divinité de couler à flots à travers nous pour guérir de cette maladie. MERCI MALADIE, JE T’AIME”. Et qu’est-ce que ça vous rappelle? Reiki, Niveau II, guérir la cause. As-tu besoin de connaître la cause en Reiki quand tu guéris ? Non ! Tu la guéris et c’est tout. Et ça c’est encore une chose qui m’a impacté, parce que le Dr. Len n’a pas assisté à mes cours de Reiki Niveau II… Ha ha ha !!  

Donc, en fait c’est comme ça que ça fonctionne, c’est extrêmement simple. Autrement dit, ce que je vous ai raconté, c’est ce qui est.  

Question : “Quand tu vois cette personne dans la rue, tu te mets à penser : bon, il faut que je guérisse ça, parce que je vois une personne laide… ? ”  

Réponse de JC : Oui, tu vois une personne laide dans la rue et tu te dis, je dois guérir en moi ce qui fait que je la voie laide.  

Question : “Mais je dois guérir le fait qu’elle soit laide…”  

Réponse de JC : Tu dois guérir la cause qui produit l’effet de voir la laideur chez cette personne, l’effet, bien sûr tu le connais, parce que devant toi tu vois une personne laide, mais ça peut venir de mille et une causes.  

Question : “Et si ton chef te crie dessus, tu reconnais que c’est dans ta réalité, mais la cause…?”

Réponse de JC : Ton chef te crie dessus: ça c’est l’effet…La cause ? Aucune idée. Tu n’as pas besoin de le savoir et tu ne peux pas le savoir. Ça pourrait être 11.000.000 de causes et tu ne sais pas laquelle. Tu dois juste en assumer la responsabilité totale.  

Question : “Si on atteint l’Illumination, il n’y a plus de déchets ?”  

Réponse de JC : Effectivement, si on atteint l’Illumination, il n’y a plus de déchets, tu as libéré tous les déchets en rapport avec le monde.  

Question : “On peut faire ça, c’est possible ? Ou tu as seulement des moments d’Illumination ponctuels ?”  

Réponse de JC : C’est ce que j’ai dit avant, quand tu guéris, la Divinité coule à flots à travers toi,  tu es en état d’Illumination parce que la Divinité est en train de couler à travers toi et à ce moment-là, tu t’es libéré de ces déchets, tu n’es pas en contact avec ces déchets, donc oui c’est possible.  

Question : “Pour faire ce que Gandhi a fait, tu as besoin que la Source coule à flots à travers toi, mais pour guérir des patients, est-ce nécessaire que le thérapeute soit dans cet état d’illumination ou c’est seulement nécessaire pour les patients gravement malades ?”  

Réponse de JC : Eh bien justement, c’est de ça qu’il s’agit, ton efficacité comme thérapeute dépend du pourcentage de responsabilité que tu es disposé à assumer. Je le répète à nouveau: ton efficacité comme thérapeute dépend du pourcentage de responsabilité que tu es disposé à assumer. Si tu es capable d’assumer 100% de la responsabilité, quand un patient vient te voir en consultation avec un cancer terminal, il s’assoit, et tu dis: “Merci beaucoup, au suivant…”, c’est aussi simple que ça et c’est comme ça que faisait Jésus Christ. Jésus Christ assumait 100% de la responsabilité des péchés de l’homme - et attention ! - si vous lisez dans l’Evangile qu’il ne distinguait pas entre maladie et péché, c’est une chose très, très, très importante. Il ne disait pas “je t’ai guéri”. Il disait “je t’ai libéré de tes péchés”. Quand les lépreux guérissaient, il ne disait pas: “je t’ai guéri de la lèpre”, Il disait: “je t’ai lavé de tes péchés”. Et ça c’est très important. Donc avec Jésus Christ, tu n’avais qu’à toucher sa tunique pour te guérir, parce qu’il assumait 100% de la responsabilité, donc, quand tu utilises Ho’oponopono, ton efficacité comme thérapeute dépend de ta capacité à assumer la responsabilité.  

Très bien, pour terminer, parce que je commence à fatiguer, on va voir comment on le combine avec les autres choses que nous faisons, en commençant par le Reiki: donc, je suis avec mon patient, en train de canaliser Reiki. J’utilise habituellement les premiers moments de la session quand je suis avec la tête, et je suis connecté avec la Source, parce que je suis en train de canaliser Reiki, de sorte que le premier pas est déjà fait : je suis connecté avec la Source et je suis en train de canaliser, et comme je suis connecté avec la Source, eh bien j’en profite et je dis à mon Enfant: “ Dis, Enfant s’il te plaît, ça t’ennuierait de te connecter avec la Source qui coule à travers nous et de demander la guérison des croyances erronées que nous avons sur ce patient et qui font que nous le voyons comme autre chose qu’un parfait Etre de Lumière ? Et je parle un peu avec l’Enfant, je dialogue un peu avec lui, comme ça de façon amicale, affectueuse, parce que normalement, on a plutôt tendance à l’ignorer le pauvre, d’accord ? Et aussitôt après, je dis mentalement au patient : “Je te demande pardon pour mes pensées erronées qui me font te voir comme autre chose qu’un Être de Lumière et je t’aime”. Et j’alterne un peu entre ces deux façons, entre parler avec mon Enfant Intérieur en lui demandant de se connecter avec la Source pour demander la guérison et demander pardon au patient pour la maladie que j’ai créée, en tenant toujours compte que mon objectif quand je donne une session de Reiki, c’est de me guérir moi-même, D’accord ? Je répète : mon objectif quand je donne une session de Reiki à un patient, c’est de me guérir moi-même. Ça, c’est mon but. Parce que si moi je me guéris, mon patient se guérit et comme disent les Américains du Nord: “I’m OK, you’re OK” “Je suis bien, tu es bien”.  

Question : “Le consentement de l’autre personne est-il nécessaire ?”  

Réponse de JC: Le fait que ce patient soit allongé sur la table de soins est plus ou moins équivalent à la question que Jésus posait: “Crois-tu que je puisse te guérir ?” Le fait que quelqu’un soit venu chez toi ou ai payé ta consultation, et s’est allongé sur ta table de soins en y dédiant un certain temps, équivaut à la question de Jésus, l’acte conscient de désirer le processus de guérison.  

Poursuivons maintenant avec Todo Amor (Tout Amour). L’atelier Todo Amor que nous avons fait, dans lequel on a utilisé Ho’oponopono couplé à la guérison de l’ADN ainsi qu’aux nouvelles techniques que j’ai introduites, a donné des résultats vraiment spectaculaires. Pour moi, c’est dans le cadre de cet atelier que Ho’oponopono marche le mieux. Dans Todo Amor, on fait 2 choses qui rappellent Ho’oponopono mais sans ce nom étrange : tu te connectes avec la Source d’une part, et d’autre part, tu te laisses porter pour pouvoir guérir. Ceux d’entre vous qui ont fait Todo Amor vous savez qu’essayer de guérir à partir d’un processus conscient est une perte de temps. Si tu entres dans une méditation de Todo Amor en te disant: Bon, “je veux guérir telle chose” – comme si tu disais ‘un demi-kilo de patates’ – c’est inutile. Dans une méditation avec Todo Amor tu guéris ce que tu as besoin de guérir au niveau subconscient et tu n’as aucune idée de ce qui va se produire, tu te laisses porter et ton subconscient guérit ce qui a besoin d’être guéri à travers une connexion avec la Source.  

Et ça, c’est impressionnant. Et pas seulement ça ! En plus, nous avons pu vérifier que les personnes qui participent à un atelier Todo Amor ont beaucoup à voir les unes avec les autres. Ceux qui ont lu les méga-messages des participants après un atelier – qui sont de parfaits inconnus le vendredi, qui ne se connaissent pas du tout, et qui, le lundi, ont l’air d’être intimes depuis des générations – eh bien ça démontre que lorsque tu fais un atelier Todo Amor, les autres participants de cet atelier sont essentiels à ton processus de guérison. Exactement comme avec Ho’oponopono.

Toi tout seul, tu ne peux pas guérir. Tu peux guérir avec Ho’oponopono, en te basant sur les déchets (les impressions négatives) qui émergent de toi dans ton interaction avec les autres. Et c’est exactement comme avec Todo Amor. Dans l’Atelier Todo Amor, on a vu à plusieurs reprises des gens se sentir agressés et ressentir l’existence d’un problème vis à vis d’autres participants de l’atelier, problèmes qui se sont révélés être une dynamique de groupe, une dynamique de couple, qui ont permis à ces personnes de libérer ou de lâcher le problème émotionnel qu’elles avaient. Moi-même, en tant que professeur, je l’ai vu dans beaucoup de comportements des participants envers moi, où mon propre processus de guérison était en jeu ainsi, bien sûr, que celui de la personne en question. Qui sait, je te raconterai peut-être ma vie un de ces jours. Donc Ho’oponopono cadre parfaitement dans Todo Amor et de fait, les techniques expérimentales que j’ai introduites dans le dernier atelier seront fixes désormais, parce que les participants m’ont commenté que c’était un des exercices les plus puissants qu’ils avaient vécu au cours du week-end.  

Voici en quoi consistait l’exercice : Imaginez une salle avec deux rangées de chaises se faisant face et les personnes, deux par deux, en train de se regarder. Et les personnes se faisaient Ho’oponopono entre elles et ce fut… incroyable !  

Question : “Le fait qu’une personne ou qu’un thérapeute comme toi croise dans sa réalité de nombreuses autres personnes et également d’autres thérapeutes, est-ce que ça veut dire que nous avons beaucoup plus à nettoyer ? Et qu’en nous responsabilisant on va plus vite ?”

Réponse de JC : Je crois que ça veut dire que tu es motivée et que tu as très envie de faire du nettoyage, parce que si tu t’en va dans les montagnes pour vivre dans une caverne, et que tu passes le reste de ton existence à contempler ton nombril, tu n’as pas vraiment envie de faire du nettoyage, et même pas envie du tout ! Tu comprends ? C’est pour ça que je crois par exemple que les personnes qui sont en contact avec beaucoup de gens et qui assument une grande part de responsabilité ont très envie de faire du nettoyage, d’entrer en contact avec qui elles sont, de se comprendre. On dit par exemple que tous les psychologues deviennent des psychologues pour se guérir eux-mêmes.

Question : “Quand on fait un traitement de Reiki à distance, on peut aussi utiliser Ho’oponopono ?? ”

Réponse de JC : Bien sûr. Un traitement de Reiki à distance c’est la même chose qu’un traitement avec la présence physique, par conséquent oui.

En revenant sur l’atelier Todo Amor, le processus de méditation est identique à ce que j’ai vu dans Ho’oponopono. J’ai mis les noms en français ici sur le diagramme de l’être humain. Les noms hawaïens sont différents. Pour eux la Divinité c’est le Père, l’Intellect c’est la Mère et l’Enfant c’est la Terre. Ça vous dit quelque chose à ceux qui ont fait une méditation Todo Amor ? Vous savez que c’est comme ça : le Père, l’Univers, la Mère et nous au milieu. Autrement dit on est en plein dans le mil, c’est pareil qu’une initiation ou une méditation Todo Amor. Et donc ça aussi ça m’a interpellé.

Ho’oponopono avec la méditation : Je le fais à chaque fois que je médite maintenant, j’inclus le concept de Ho’oponopono à chaque fois que je médite. Moi personnellement, au début de la méditation, quand je porte mon attention sur la respiration, lorsque je détends mon corps, lorsque j’entre dans cet état de quiétude, j’établis toujours le contact avec mon Enfant à travers mon regard intérieur, et il y a même des fois où il me donne des pincements très forts dans la zone en dessous du nombril. Il me donne des coups de pied ! Donc au début de la méditation, je contacte systématiquement mon Enfant et je lui dis: “S’il te plaît, au cours de cette méditation, connecte-toi avec la Divinité pour guérir en nous ce qui a besoin d’être guéri” et c’est tout. Donc, je le fais systématiquement à chaque méditation.  

Sur le site web www.medita.es sur la page de calendrier des méditations, vous pouvez charger la méditation de l’Enfant, que j’ai fait à mon retour de Cork. L’Enfant me suit partout. J’ai fait une méditation pour la paix mondiale, avec l’Enfant qui joue avec un globe terrestre dans ton cœur, autrement dit l’Enfant, en dessous de ton nombril envoie de la lumière au globe terrestre dans ton cœur.  

Exercice : Parle à ton Enfant, partage ta vie avec ton Enfant, commente-lui toutes les choses que tu vois, une chose amusante, une montgolfière dans le ciel. Entre en toi-même, établis le contact avec ton Enfant et montre-lui la montgolfière. Tu vois quelqu’un dans la rue qui mange une glace succulente, tu lui dis: “Regarde Enfant, regarde quelle glace succulente !” Dialogue avec ton Enfant, garde le contact avec ton Enfant, ça fait des annnnnnées que tu ignores ton Enfant, des années qu’il vit dans ce tas de déchets municipal que tu as créé sous ton nombril. Emmène-le se balader un peu et montre lui les fleurs, pas seulement les déchets. Donc, établis un dialogue avec ton Enfant.  

Moi, comme j’ai mon autel de Reiki, eh bien, sur mon autel de Reiki j’ai une fleur qui représente mon Enfant, et quand je m’agenouille devant l’autel pour charger mon mandala, eh bien je dédie un moment pour reconnaître l’Enfant en moi. Transforme le dialogue avec ton Enfant en une chose quotidienne, car, en plus d’être utile, c’est très amusant.  

Et cette phrase magique, “Je suis désolé, je t’aime” est incroyablement puissante dans les conflits, tu ne peux pas t’imaginer combien cette phrase est puissante ! Quand quelqu’un t’agresse, quand tu es dans une situation conflictuelle, toi, tu écoutes simplement et tu dis: “je suis désolé, je t’aime, je suis désolé, je t’aime, je suis désolé, je t’aime”, mentalement, tu n’as pas besoin de le dire à voix haute. Et tu transfère la phrase dans ton cœur pour que les paroles résonnent dans ta poitrine. “Je suis désolé, je t’aime”. C’est incroyable comment une situation violente, agressive, fait simplement …plouf ! Comme quand on dégonfle un ballon, et toute la situation cesse quasiment d’exister.  

Le pourcentage de responsabilité que j’assume aujourd’hui est le maximum que je puisse faire, tout simplement. Mon désir est d’assumer 100% de responsabilité pour tout ce qui m’entoure et pour toutes les personnes qui m’entourent, parce que si je peux le faire, ce sera pour moi un incroyable processus de guérison, donc, mon but c’est ça, c’est d’assumer 100% de responsabilité.

Question : “Que signifie le mot Ho’oponopono ??”  

Réponse de JC : Ho’oponopono, en Hawaïen, signifie « redresser ce qui est tordu ».  

Très bien, merci beaucoup, bonne soirée…

 

(Traduction de Magali Manvieu)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Michèle Au Coeur de Soi - dans Ho'oponopono
commenter cet article

commentaires

Céline 09/08/2015 08:30

Bonjour
J'ai lu avec intérêt cet article ... Je ressens tout de même un fond de culpabilisation ... Peut être un reste de mon éducation judéo-chrétienne ?!!
La question que je me pose est : comment puis je me sentir responsable de la maladie d'autrui en tant que thérapeute ( de par mes pensées erronées) sans me sentir coupable?? ca m'est dur
Si vous avez de bonnes référence de bouquins sur le ho' oponopono je suis preneuse
Merci

Au Coeur de Soi 10/08/2015 07:21

Bonjour Céline !
Et merci infiniment de m'avoir fait relire cet article !!
Pour répondre à votre question, peut-être est-il possible de reformuler les choses autrement.Quand nous rencontrons quelqu'un qui est malade, c'est notre croyance en la maladie qui l'a fait entrer dans notre petit monde. Alors, oui, nous entretenons encore la croyance que nous pouvons tomber malade. Mais si la personne avait besoin de nous rencontrer, c'est peut-être bien parce que nous croyons aussi qu'il est possible de guérir, voire nous sommes certains qu'il est possible de guérir. Et c'est cela que la personne malade est venue trouver chez nous : cette certitude en la guérison. Une certitude qui va faire son petit bonhomme de chemin dans le coeur de cette personne.
Et nous, qui sommes encore dans une double croyance - un pied encore dans la 3ème dimension et un autre dans la 4ème, voire la 5ème - pouvons guérir un petit truc de plus. En fonction du cas particulier que représente cette personne. Nous ne pouvons pas nous libérer de tout l'inconscient collectif d'un seul coup. Cela se fait petit à petit. Idem des peurs que nous entretenons au sujet de la maladie dans notre inconscient à nous. Mais petit à petit, cela se fait. Mais un beau jour, nous devrons passer à autre chose !! En tant que thérapeutes.
Accepter d'en être là où nous en sommes, c'est la clé. Le Dr Hew Len accepte d'en être là où il en est. De ce fait, il est capable d'emmener quantité de personnes un peu plus loin que là où elles en étaient en le trouvant. C'est cela qui est fantastique !! Non ?
Le seul livre que j'ai lu en Français sur le sujet est celui de Joe Vitale "Zéro Limite".
Belle lecture.
Michèle

rosemonde 01/03/2013 00:57

Et non Michèle, cela ne fonctionne pas en copier-coller, j'ai pu imprimer mais c'est écrit trop petit, mon fils va règler ça
Merci du suivit, du service après vente hihi
Viva la vista

Au Coeur de Soi 29/03/2013 00:47



Rosemonde, bonjour,


Un petit coucou pour vous dire que je viens de trouver - tout à fait par hasard !! - ce qu'il fallait faire pour que vous puissiez faire les copier-coller que vous souhaitiez avec le clic droit
de la sourie !!! Eureka !! Je vous souhaite une magnifique journée, pleine de lumière et de belles surprises !



claude Drouen 28/02/2013 22:20

Je sais ,encore trop consciemment ,que l'enfant n'attendait plus que le sujet de cette conférence pour retrouver une connexion ,pour recommencer à être , dés lors je l'aime , je suis désolé ,enfant
,je t'aime ..
Grand merci à chacun ,à l'Univers qui m'apporte le déclic ,à vous Michèle ,à vous tous qui êtes intervenus pour me dire comment me guérir ..la paix et la guérison soit en chacun de nous ,je vous
aime . Claude

claude Drouen 28/02/2013 22:11

je retrouve des bribes de connaissances ,j'ai le coeur qui s'installe dans toute la poitrine , je suis désolé , je t'aime .

Au Coeur de Soi 29/03/2013 00:49



Et quand il s'installera, ou tout au moins rayonnera, dans tout votre corps ... Merci, je t'aime !



rosemonde 28/02/2013 21:07

un seul mot
ILLUMINATION
voila mon ressenti
Je me sens rassurée, réparée, élevée, reconnectée, en paix, en relâchement total, réssucitée.
Pourquoi ?
Parce que quelqu'un a mis le doigt où il fallait, parce que j'ai voulu qu'il en soit ainsi, parce que ça commençait à bien faire de croire tant que le malheur existe autour de nous et dans notre
entourage alors que tout est Pur et Parfait, que tout est Divin, que tout est La Source.
Nous sommes tous Divins, Purs, Parfaits et l'Amour est Notre suprème Energie de chaque instant.
Ouf, cela est.
Merci Michèle de ce partage, merci John, merci Moi et merci vous pour votre expérimentation catastrophique et votre expérimentation Magnifique, Christique, Cosmique et au delà...
Namasté.

Au Coeur de Soi 28/02/2013 21:50



Wouahou ! Rosemonde ! Que d'enthousiasme ! Mais j'avoue que je comprend !


Et oui, tout est toujours parfait. Plus nous suivons cette voie de la responsabilité totale, plus nous nous enracinons dans cette idée de la perfection, tout simplement parce que nous en
faisons l'expérience constamment. C'est aussi simple que cela.


Merci pour votre commentaire.


Paix du JE


Michèle


PS : au fait, ça fonctionne le copier-coller en allant dans la barre d'outil et dans édition ?