• : Au Coeur de Soi
  • Au Coeur de Soi
  • : Je souhaite que ce blog soit un espace de partage et de ressourcement pour vous qui êtes en pleine évolution spirituelle, d’accompagnement pour vous qui sentez des changements se produire en vous actuellement sans savoir quel sens leur donner. C'est aussi le lieu où j’ai pris mon envol et pu exprimer Qui Je Suis, une fois devenue canal de Grands Guides de Lumière. Car je suis une messagère de Lumière. Là réside toute ma joie et toute ma passion pour cette vie qu’il m'a été donné de vivre.
  • Contact

Rechercher

Qui regarde à l'extérieur rêve; qui regarde à l'intérieur s'éveille.

Carl Gustav Jung

La vie est une habitude, alors j’ai instauré l’habitude d’une belle vie.

Joe Vitale, auteur de "Zero Limit"

Le vieux sage dit à l'empereur :

"Ta pensée est limitée, pourtant tout ce que tu es capable d'imaginer peut exister. Il n'y a rien qui soit impossible."

FUN CHANG

Qu'est-ce que l'idéal ?

C'est l'épanouissement de l'âme humaine.

Qu'est-ce que l'âme humaine ?

C'est la plus haute fleur de la nature. 

Jean Jaurès

Nous sommes ici seulement pour apporter de la paix à notre propre vie, et si nous apportons de la paix à notre propre vie, tout, autour de nous, trouve son propre lieu, son propre rythme et et sa propre paix.

Morrnah SIMEONA

">

Gratitude

Merci de votre participation - libre - quand je réponds à l'une de vos questions.

Merci de me soutenir dans mon action, si le coeur vous en dit.

Gratitude

Michèle

22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 22:04

" Les personnes qui vous font souffrir, c'est quoi ? [...] la souffrance est une question d'égo mal placé, mais je n'arrive pas à le recentrer ... l'EGO, donc je subis ! " J'ai reçu ce commentaire suite à la parution d'un article précédent, une réflexion sur la souffrance que d'autres nous infligent par moments et sur l'égo qui semble être la source de cette souffrance.

Je crois que nous sommes souvent dans bien des confusions quand nous sommes en marche vers une vie plus consciente. Tant que nous n'avons pas compris et dépassé la leçon que nous avons mise sur notre chemin, il nous arrive de broyer du noir et de remettre la responsabilité de ce que nous vivons si difficilement, ailleurs, quelque soit l'ailleurs.

Pour retrouver ces défis que nous nous sommes bravement programmés, nous avons embarqué notre si serviable mais si encombrant ordinateur de bord, communément appelé Ego. Il embarque à chaque fois que nous revenons en incarnation. Car il regroupe, dans sa mémoire, toutes les données qu'il a recueillies au cours de nos innombrables aventures ! Dès qu'une situation interpellante se présente, il va rechercher dans cette mémoire si une situation semblable s'est déjà produite, en d'autres temps, pour pouvoir en ressortir la solution qui avait été trouvée. C'est son travail. Que la réponse soit adaptée ou pas à la situation présente, ce n'est pas son problème. Il ne fait que ce pourquoi il a été programmé. Cela représente en quelque sorte un " cycle répétitif de réponses prédéterminées ", des réponses qui viennent du passé. Souhaitons-nous réellement que le passé gère notre présent ?

Certaines réponses suscitent de la peur et donc beaucoup d'émotions négatives (colère, frustration, jalousie, haine, tristesse, doute, etc), source de la souffrance. Mais ce n'est pas notre égo qui a créé ces réponses. L'égo ne créé rien. C'est le maître à bord - vous, moi - qui a créé le programme, la mémoire. Et elle est là, stockée bien au chaud, attendant qu'on vienne y regarder de plus près, nous faisant signe ça et là sur le chemin. Et quand l'on tarde un peu trop, ces signes frappent de plus en plus fort à la porte.

Qu'est-ce que cela veut dire ? Que si nous sommes le maître à bord, il nous appartient de changer ce qui doit l'être, de libérer ce passé pour qu'il ne nous encombre plus et que nous soyons plus à même d'être Qui Nous Sommes.

Plus facile à dire qu'à faire, allez-vous me dire ! J'en conviens.

Je vais à nouveau vous dire ce que je dis toujours : il ne sert à rien de s'en demander trop d'un seul coup. La maîtrise vient avec le temps et l'entrainement. C'est à accepter ... accepter ... accepter !

Ho'oponopono, nous dit que nous sommes 100 % responsables (mais non coupables, entendons-nous bien). Ce qui signifie que si nous ressentons une émotion négative à cause de la peur provoquée par ce que nous vivons, il y a un lien à faire avec une ou plusieurs de nos mémoires et il est alors de notre responsabilité d'accueillir et de libérer. La souffrance que nous ressentons nous appartient. A nous. C'est notre réponse à une situation. NOS EMOTIONS SONT NOTRE CHOIX, NOTRE CREATION A 100 %.

On peut essayer de se mentir, de se sortir de cette responsabilité par une galipette. Oui, on peut. Mais la satisfaction d'avoir trouvé un responsable ailleurs, ne tiendra pas la route très longtemps. Parce que cette satisfaction est toute relative. Elle n'empêche pas la souffrance. Ca continue à faire mal "en d'dans" et à susciter toutes sortes de réflexions et de pensées négatives qui nous font baisser en vibration et nous empêchent de plus en plus d'y voir clair.

Chercher un coupable nous prive également de notre pouvoir. Nous stoppe dans notre élan. En nous recentrant sur nous-même et dans ce 100 % responsables, nous reprenons les rênes et nous nous autorisons à avancer, même si cela signifie d'avaler une pilule amère.

Croyez-moi, je sais de quoi il retourne. Plus j'avance, plus ça frappe fort à la porte.

Alors même que j'étais en cheminement spirituel, alors même que je commençais à canaliser, je continuais à me voiler la face sur Qui Je Suis vraiment. A mettre en place des situations qui n'étaient pas bonnes pour moi. Par amour, certes, mais pas pour moi. Pour la satisfaction d'autres que moi, pour combler les besoins d'autres que moi, pour que d'autres que moi se sentent bien. Pour lisser tous les conflits. Apaiser telle une mère apaise son enfant. Dans une sorte d'absolu de l'amour. Comme si tout l'amour répandu autour de moi devait être suffisant à mon "humanitude". Sans vouloir voir que j'étais en train de me laisser choir en beauté. J'avais notamment construit un bel édifice, au nom de la famille, dans lequel étaient englobés mon conjoint, devenu ensuite ex-conjoint mais encore co-parent, et mon fils. Un édifice sous lequel j'étais en train de m'écrouler car il était basé sur des croyances erronées (tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil et ça va continuer jusqu'à la fin des temps ...) et surtout sur de perpétuels renoncements à moi-même.

"T'aimes-tu en premier ? " C'est le titre d'une carte que me suis tirée sur You are God also il y a quelques temps. Et là est toute la question !! Nous ne nous aimons jamais assez. Tous nos maux découlent de là.

A chaque fois que nous ne nous aimons pas suffisamment, nous mettons en place ou laissons se mettre en place des situations privilégiant d'autres que nous-mêmes. Cela aboutit généralement à ce délicat moment où il faut bien remettre de l'ordre quand l'irrespect devient intolérable. 

Le jour où j'ai commencé à remettre de l'ordre, j'ai reçu un message que je pourrais traduire ainsi : "Comment ? Tu refuses de continuer à jouer le jeu de celle qui accepte tout et donc à qui l'on peut tout faire ? Mais je ne comprends pas !!! Je me sens fort contrarié, là. Alors, tu vas voir ce que tu vas voir ! Parce que cela ne va pas se passer comme cela, tu peux me croire !! "

Normal ! Quand on laisse les autres piétiner nos platesbandes allègrement, le jour où nous demandons que cela cesse, nous revenons sur un accord préalablement accepté. Que l'accord n'ait été que tacite ou que nous l'ayons dûment accepté.

Quand, dernièrement j'ai vu la haine que cela pouvait engendrer, de juste remettre en cause les acquis antérieurs (basés sur le piétinement de mes platesbandes, rappelons-le), je me suis dit : "Ah, non ! Là, je ne prends pas !! Taratata !! Ca suffit maintenant. Je ne suis pas responsable de ce que cette personne ressent. Ca lui appartient. Moi, je ne prends que ce qui m'appartient à moi. Et ça ira bien comme ça ! OK, je me suis mise dans cette situation. Ma responsabilité est là. Ses ressentis, je les lui laisse."

Une amie, "collègue en cheminement", m'a gentiment déclaré : " Oui, mais si l'on considère le 100 % responsable de ho'oponopono, c'est que tu as cela en toi aussi."

Euh ... comment vous dire ? Que non ... non, non !! Parce que je suis une gentille personne, moi !! Une messagère de Lumière ! Alors comprenez bien que la haine, ça n'est pas mon trip du tout !!

Mais... comment vous dire qu'en réalité, elle avait bien raison ! Parce que la farandole des situations destinées à dire la colère ont fini par avoir raison de la gentille personne que je suis. Exit l'harmonie, la paix intérieure dans un premier temps. Puis exit les bonnes pensées et les bonnes paroles. Exit la certitude que tout fait sens parce que là, quand même, ça fait beaucoup. Bonjour, le doute. Bonjour la souffrance et les préoccupations. Bonjour la lutte dans la bataille qui s'en est suivie et semble interminable avec ses jeux de pouvoir et de manipulation. Bonjour la lutte qui semble vouloir s'installer dans tous les domaines de ma vie.

Alors, oui, bonjour la colère et le rejet de la responsabilité.

Situation oh combien difficile pour la messagère de Lumière que je suis. Mais je sais que tout cela était incontournable.

Alors, je fais ce en quoi je crois. Profondément.

J'accueille. J'accueille tout ce qui remonte à la surface. Je prie. "Mon Dieu, je me mets dans ta Lumière, dans ton Amour. Aide-moi à voir tout ce qu'il y a à voir. " Je libère. Je libère.

Je m'accepte et me reconnais dans tout ce que je vis et surtout tout ce que je ressens. Je m'accepte dans mes " Putain, fais chier ! Merde ! " Avec humilité. J'accepte mon "humanitude" et je lâche prise de mon absolutisme. Sans pour autant lâcher prise de mon rêve de joie, d'amour, de paix et d'harmonie. Je répète : "J'installe la paix, la joie et l'harmonie dans mon cœur et dans ma vie." Je demande la grâce de voir tout cela à l'œuvre dans ma vie.

Et je vois combien je grandis au contact de cette situation qui représente la plus grande des initiations que j'ai eues jusqu'à présent. En canalisation, Jeshua m'avait dit que les rites initiatiques tels qu'ils les a vécus lui, ou ceux qu'ont vécus les grands maîtres d'autrefois, ne sont pas les seuls qui existent. Beaucoup d'initiations ont lieu dans la vie quotidienne.

Je crois que c'est en humilité que je grandis le plus actuellement. Parce que c'est dans ces moments-là que l'on peut savoir si l'on a réellement la Foi et si l'on est capable de continuer à AIMER. Aimer au-delà de toute la souffrance, au-delà de toute l'incompréhension, au-delà de tout doute.

Les personnes qui nous font souffrir, c'est quoi ? Eh bien, c'est tout cela. Elles sont le canal permettant qu'une initiation ait lieu. 

Et comme le disent les guides de Sonia Lafont : "Vous croyez parce que vous êtes de plus en plus dans vos perceptions que vous êtes dans la lumière, dans l'amour divin ? Vous vous leurrez. Plus vous montez dans la reconnaissance de Qui vous Etes et plus vous êtes mis face à des défis, des tests en quelque sorte. C'est un des aspects de la maîtrise de soi, de son être divin en émergence. Et qui mieux que votre égo peut le faire. C'est son rôle. Il est là pour vous permettre d'entrer dans cette maîtrise à chaque instant de votre vie. Il est aussi un enseignant. A travers lui, vous pouvez rectifier ce qui ne va pas en vous : le pouvoir, la jalousie, l'envie, la compétition, la souffrance, les peurs." Extrait du livre : les portes de l'infini

Dans la Lumière de l'Amour véritable

Michèle

Que la Lumière soit

Au Cœur de Soi

Partager cet article

Repost 0
Michèle Au Coeur de Soi - dans Vivre en conscience
commenter cet article

commentaires

Diana 08/04/2016 01:36

Très bel article, merci Michèle